Moukagni Iwangou confirme sa nomination au nouveau gouvernement d’Ali Bongo Ondimba. Sa participation à la cérémonie de prestation de serment ce 7 mai 2018 au Palais de la Présidence de la République gabonaise en est l’ illustration parfaite.

Plusieurs médias se sont enflaammés sur le toit du monde à propos de l’entree de certains opposants gabonais au sein du nouveau gouvernement d’Ali Bongo. Reconduit à sa fonction de Premier ministre, Emmanuel Isseze Ngondet s’est voulu rénovateur en intégrant une fois de plus dans son équipe certains opposants de pointe: Michel Menga M’Essone du parti Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) et M. Jean de Dieu Moukagni Iwangou.

Mais cette nouvelle entrée de ces deux personnalités importantes de la classe politique gabonaise semble n’avoir pas eu un écho favorable auprès de la masse populaire. Michel Menga a été suspendu de la fonction de secrétaire général  de la formation politique Rassemblement Héritage et Modernité (RHM). Le porte-parole dudit parti M. Faustin Bilie Bi Essone a procédé à l’annonce de cette décision dans une déclaration officielle datant du 5 mai 2018. Menga a également prêté serment pour confimer sa collaboration.

Michel Menga M’Essone à la cérémonie de prestation de serment du 7 mai 2018 à la Présidence de la République gabonaise

Quant à Sieur Moukagni Iwangou, malgré le fait qu’il ait été fustigé de gauche à droite par ses partisans et sympatisants par rapport à cette nomination: il est enfin sorti de son mutisme en se retrouvant au Palais du bord de mer de la Présidence de la République gabonaise. Une image qui montre bel et bien que ce dernier est enfin prêt à accepter de collaborer avec Ali Bongo après un premier refus il ya quelques temps.

Sur son compte facebook personnel, M. Iwangou  a affirmé son identité et s’est dit prêt à porter sur ses épaules, le poids du monde. « Je m’appelle Moukagni Iwangou. Je suis né à Mouila. Je réside dans la Commune d’Akanda. Je suis prêt à répondre de l’ensemble de mes actes ».

Pour clore le débat, ce dernier vient de prêter serment devant la Cour Constitutionnelle et le Président Ali Bongo Ondimba en qualité de Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Superieur. Questions: y-a-t-il encore  des Hommes d’éthique au Gabon? Comment comprendre ces changements de veste? Pensent-ils un seul instant au peuple? Autant d’interrogations parmi tant d’autres qui laissent le monde sans voix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here