Contesté depuis un moment par l’ANC et une partie de sa population, Jacob Zuma se voit contraint de quitter le fauteuil présidentiel. Il a annoncé sa démission à travers un discours adressé à la nation.

C’est  mercredi dernier  que le président Sud-africain Jacob Zuma a vu son rêve se briser. Comme une avalanche, le Congrès national africain (ANC) a mis la pression sur ce dernier de telle sorte qu’il puisse démissionner. Plusieurs maux constatés durant sa gestion du pouvoir auraient créé le déclic des membres du Parti et de la population. La corruption parmi tant d’autres a été évoquée par de nombreuses sources dignes de foi.

Jacob Zuma n’aurait pas apprécié cet impératif de quitter la présidence. À  en croire ses propos, il aurait souhaité que les choses se passent autrement et que le temps  lui soit accordé,«J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation(…) », a-t-il fait savoir auprès de ses concitoyens.

Par ailleurs, la personne choisie par le Parlement Sud-africain pour succéder  Zuma du trône, est  l’ homme d’affaires et ancien syndicaliste Cyril Ramaphosa. Ce dernier connu pour son sens de patriotisme et de responsabilité conduira dorénavant les règnes de l’Afrique du Sud.

Rappelons que le nouvel homme fort de l’Afrique du Sud Cyril Ramaphosa, mûrissait depuis son arrivée à la tête de l’ANC en décembre dernier, le désir de voir Zuma quitter le fauteuil présidentiel. Aujourd’hui, c’est effectif et dernier voit son souhait se réaliser.

Après 9 ans de règne, Jacob Zuma rejoint ainsi le panel de certains chefs d’Etat qui ont du quitté le trône sous la pression de leurs compatriotes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here