Gabonddailynews vous présente Jean-Marie Asselé(JMAS). Homme aux multiples facettes dans son domaine de prédilection; la danse. Mais, qui est-il? Que fait-il? Comment en est-il arrivé là?Quelles sont ses ambitions? Notre rédaction dresse pour vous le tableau de ce dernier.

Pour son pays natal le Gabon, il n’est plus à présenter. Pour les externes, nous vous le présentons. Jean-Marie Asselé  (JMAS) est chorégraphe, danseur professionnel et professeur de danse. Il  découvre sa passion pour la danse dans l’intervalle de 6 à 7 ans.  Thriller de Micheal Jackson  crée le déclic à l’époque. « Ça a commencé quand j’ai vu triller de Micheal Jackson à la télé », rappelle-t-il auprès de notre rédaction.

Il découvert la légende de la pop  par l’intermédiaire d’une connaissance de son quartier de l’époque; Mabounda Gatien. cette découverte suscite admiration et  l’inspire davantage. Il s’adonne alors à des répétions à la maison de son enfance,  jusqu’à l’adolescence au lycée. « J’ai continué à imiter Micheal Jackson  de mon enfance jusqu’au lycée. Je m’entraînais avec ma grande sœur Espérance Assele », confie-t-il.

Premier groupe intégré et parcours

L’homme intègre son premier groupe de danse dans la province de l’Ogooué-Maritime à Port-Gentil, capitale économique du Gabon en 1998: King of Junior et spécialisé uniquement dans l’interprétation du Roi de la pop  Micheal Jackson.

En 2000, il  revient  sur Libreville et fait la connaissance d’un grand chorégraphe, Antonio bouma du groupe Control of time. Ce dernier, tel un mentor  l’initie ainsi en danse  hip-hop. Il prodigue à son poulain quelques conseils durant cette phase d’apprentissage. Il se découvre une confiance en soi et compte davantage sur sa passion: la danse. « Il avait créé un groupe qu’on appelait hot boyz et j’en fesais partie », relate-t-il.

En 2004, JMAS intègre un groupe de danse mythique du nom de VR Sache.  L’artiste fait alors plusieurs scènes à Libreville avec ses coéquipiers et coéquipières. Il participe ainsi à bon nombre d’événements culturels, tels Le choc des grands, Eben show, Bantu live et bien d’autres initiatives.

Aussi, durant la période 2004 et 2005, JMAS  travaille avec un grand adepte de danse du nom de Benjamin engote Alias Dicky. Leader du groupe speed fondation et danseur du chanteur Alexis Abessolo.« Avec lui, j’ai amélioré ma  vitesse technique et précision dans les mouvements», affirme-t-il.

Séjour à l’étranger après obtention du baccalauréat

« Après l’obtention de mon bac en 2005, je suis allé faire mes études au Sénégal. J’ai intégré la grande compagnie de danse No Limit et j’ai fait la connaissance du célèbre et grand chorégraphe Arnaud Ndoumba. De 2006 à 2011, j’ai approfondi mes connaissances en danse avec lui. Notamment en hip-hop, en jazz et en danses de création », explique-t-il.

Avec cette compagnie de danse, JMAS continue son apogée et fait des grandes scènes. Le coca cola Trophy tour où il fait la première partie de la projection documentaire This is it de Michael Jackson, la tournée nationale,  Le Festitval mondial des arts nègres et bien d’autres. « Le coca cola Trophy tour, c’était la tournée du trophée de la coupe du monde 2010. On avait fait toute l’animation à Dakar », rapporte-t-il.

Image illustrative

 JMAS associe études et danse

Jean-Marie Asselé lie études et danse. Ce qui lui permet de poursuivre ses études jusqu’en classe  de  licence en 2008. C’est à ce moment précis, qu’il décide de faire du hip-hop, en l’occurrence de la danse urbaine, son futur métier. Il suit plusieurs formations dans son univers, «  J’ai suivi des formations en hip-hop, en danses africaines, en salsa en danse contemporaine. Je suis passé par là célèbre école des sables ».

JMAS occupe certaines fonctions dans son domaine de prédilection à Dakar. Ayant suffisamment fait ses preuves auprès de Arnaud; ce dernier lui confère certaines responsabilités. « Après le départ d’Arnaud, il m’a nommé comme remplaçant à la direction de la compagnie sur Dakar de 2011 jusqu’à ce que je rentre en 2015 », explique-t-il.

De nombreux Titres remportés  au Sénégal

Jean-Marie remporte de nombreux titres durant son séjour au Sénégal et vit de son art, «   J’ai été champion du Sénégal en 2008 en catégorie juste debout. J’ai remporté le prix du concours de la meilleure chorégraphie en 2013. Je vivais de mon art, car j’ai été professeur de danse dans plusieurs grands endroits à Dakar ».

Image illustrative de JMAS donnant des cours de danse
 « Je reste à ce jour, ce premier gabonais à avoir organisé un spectacle de danse au grand théâtre national de Dakar (la plus grande salle de spectacle du pays). J’étais considéré par certains, comme étant un des meilleurs danseurs des Gabonais du Sénégal. J’ai travaillé avec Didier awadi, Nix, Positif, Black soûl Etc ».

« Depuis 2015, je suis rentré au Gabon. Je suis chorégraphe et danseur de la compagnie no comment dance, et je suis assistant chorégraphe et professeur de danse au studio corps accord chez Nathalie Moulain. J’ai participé à la coupe d’Afrique 2017 en tant que danseur à la cérémonie d’ouverture et fermeture. J’ai été assistant chorégraphe à la soirée de gala marquant les 60 ans du groupe SOGAFRIC », étaye-t-il.

Ses ambitions

JMAS a plusieurs tours dans sa manche pour le futur. Il souhaite apporter sa pierre à l’édifice en posant davantage des actes concrets. Il voudrait poser des jalons forts pour l’évolution de la danse urbaine au Gabon.  Notamment, mettre en place une école de danse et organiser des spectacles. Il souhaite que comme lui, d’autres personnes puissent également  vivre pleinement  leurs rêves.

Quelques illustrations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here