Lionel Zinsou et Kémi Séba débattent sur la question du FCFA. Une problématique qui refait surface et qui suscite bon nombre d’interrogations de nos jours. La nouvelle génération africaine souhaite  avoir une autonomie , aussi bien sur le plan politique, économique que social. Pourra-t-elle y parvenir ? L’avenir nous en dira davantage.

Lionel Zinsou et Kémi Séba sont deux personnalités importantes de la société africaine. Chacun a un point de vue différent sur le FCFA. Zinsou est un fervent défenseur du FCFA parmi tant d’autres. Au-delà de son opinion sur le CFA, c’est également un économiste franco-béninois qui a suivi une carrière en banquier d’affaires. Il a au cours de ses activités occupé des multiples fonctions importantes: PDG du Fonds d’investissement européen PAL Partner et Premier ministre de la République du Benin durant la période 2015/2016, sous la bannière de Boni Yayi.

Mais qui est ce défenseur anti-FCFA de la génération actuelle ? Kémi Séba, connu depuis bon nombre d’années pour son profond désaccord par rapport à la Françafrique, qu’il estime être à l’origine du sous-développement du continent africain. Au-delà de ses idéaux qu’il défend si bien, Kémi Séba est président d’une association, Urgence Panafricaine (UP) et Chroniqueur dans une chaîne panafricaine au Sénégal. Mais sa récente éjection du Sénégal suite à son positionnement sur le FCFA semble éveiller les esprits. 

Point de vue de Lionel Zinsou sur le FCFA

Au moment où la jeunesse africaine se lève pour s’insurger sur la question du FCFA qu’elle estime être à l’origine de son sous-développement;  il y a  encore des personnes physiques ou morales qui vouent en cette monnaie « le culte de la personnalité ». Elles semblent prêtes à la défendre jusqu’au bout. Cas de Lionel Zinsou économiste Franco-béninois qui soutient l’idée selon laquelle le FCFA serait  «un formidable instrument d’intégration africaine. C’est un meilleur outil pour la jeunesse africaine », a-t-il expliqué récemment lors de ce face-à-face avec l’activiste  Kémi-Séba.
Pour renchérir ses propos, Lionel Zinsou est même allé plus loin. A en croire ses dires, la problématique du FCFA ne mériterait pas d’être mise sur la table. C’est un non sens, a-t-il pensé en tant qu’espère en économie, justifiant  cette position du fait que contrairement à ce que les gens pensent, ce compte d’opérations n’impacterait  en rien l’économie des différents pays qui ont en partage cette monnaie. Le fameux compte  dont bon nombre de défenseurs font allusion serait inexistant. Il aurait été utilisé il y a bien des années pour résoudre certaines situations.

Réplique de Kémi Séba face à l’intervention de M. Lionel Zinsou

Un avis que n’a pas du tout approuvé le président de l’Urgence Panafricaine (UP) Kémi Séba lors de ce débat d’idées. Selon ce dernier, il existe un fossé entre les propos de Lionel Zinsou et la réalité. Si telle est que cette monnaie ne cause aucun problème, comment comprendre alors que certaines entités physiques ou morales émettent l’idée de ne pas accepter que les anciennes colonies puissent avoir leur  souveraineté monétaire ?  Cas de l’ambassadeur de  France au Sénégal qui selon ses propos, aurait soutenu l’idée selon laquelle  » la France ne se désengagera pas du FCFA ».
Toujours dans le même ordre d’idées, le critique Kémi Séba semble être allé encore plus loin au cours de son argumentation pour défendre son idéologie. Ce dernier a essayé d’inverser la tendance en posant d’autres questions de fond. « Est-ce que vous avez déjà vu à l’intérieur de la banque de France, le  gouverneur de la banque des Etats d’Afrique centrale ou la banque des Etats d’Afrique de l’Ouest avoir un droit de veto? Est-ce que le directeur de la banque du Tchad à le droit de mettre son droit de veto à la banque de France? ». Pour ce dernier, le fait que le contraire ne soit possible dans la banque française suppose bel et bien qu’il y a un problème de fond qui  se pose. Ainsi, le point de vue de  M. Lionel zinsou paraît tout simplement paradoxal  selon Kémi Séba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here